Réouverture de l'atelier | Visite sur réservation seulement | En savoir plus >

Nos travaux de recherche

LA HACHE DE TRAITE

La hache de traite, dite de Biscayne, est un des premiers modèles de haches présents sur le territoire du Québec. Elle constitue le premier artéfact choisi par Mathieu Collette pour développer une démarche de recherche inédite et propre aux Forges de Montréal. Celle-ci concrétise la préservation des techniques traditionnelles : la matérialisation du patrimoine immatériel.
.
En 2013, Mathieu Collette a débuté sa recherche avec une hache de traite 3 poinçons. Mêlant étude de modèles authentiques, documentation historique et expérimentation pratique, la recherche visait à analyser, à comprendre et à restituer les méthodes ancestrales de fabrication de la hache. Cette approche consciente et respectueuse du travail ancien a alors permis d’observer, en premier lieu, les qualités physiques du vieux fer (ou fer puddlé), composé de fibres ligneuses et à +/- 30% d’impuretés. Telle composition est plus durable que celle du fer moderne, pur à 99%, et donc des objets qui en découlent. 
.
Poursuivant les recherches de manière itérative, soit à force d’essais-erreurs, Mathieu a réussi à reproduire une hache semblable aux authentiques étudiées.
.

MATÉRIALISATION

Les techniques de fabrication traditionnelle de la hache de traite se sont perdues avec la disparition graduelle des artisans forgerons. Mathieu Collette a pris connaissance de cette perte de savoirs, et a développé une méthode d'enseignement des savoir-faire du forgeron afin de retransmette ces connaissances. Le concept de matérialisation des savoirs prend la forme d'un panneau présentant, physiquement, chacune des étapes de réalisation de l’outil, de la matière première à l’objet final en passant par toutes les phases intermédiaires.
.
Tel panneau permet dès lors de rendre visible à la personne qui les observe le mode et l’esprit de création de la hache et exprime de façon tangible les connaissances intangibles de l’artisan forgeron. Chacune des pièces du panneau étant par ailleurs dissociables du panneau grâce à un système d’attaches aimantées invisibles, elles s’offrent à une manipulation et une observation rapprochée pour favoriser la compréhension des gestes et des données techniques (poids, dimensions, repères de fabrication imprimés dans la matière).
.
En faisant ainsi apparaître de façon physique le travail d’exécution de l’artisan, ce panneau a finalement pour objectif de souligner l’importance des savoir-faire traditionnels et la nécessité de leur préservation afin de permettre la production future d’outils forgés.
.
Ce concept inédit de matérialisation des savoir-faire est donc une solution possible à la pérennisation du métier du forgeron. L’intention des Forges de Montréal est de faire des panneaux pour les outils reliés au travail du bois, de la pierre et de l’agriculture, autrement dit les travaux requis pour se loger et se nourrir. De cette façon, une collection d’œuvres serait réalisée et composerait La Voûte de préservation des techniques traditionnelles de la forge, disponible pour les générations futures, afin de garantir l’accès permanent et universel aux savoir-faire de la forge traditionnelle.
.

FINANCEMENT

Cette recherche a été réalisée grâce au financement du Conseil des arts et des lettres du Québec.